Page d'archive 5

POSTEROÏDE – The Green Slime

POSTEROÏDE - The Green Slime dans Cineteek 17092510232415263615285431

DATASKANN – L’extraterrestre, notre double…

DATASKANN - L'extraterrestre, notre double... dans Dataskann 17060602282015263615078906La catégorie Dataskann explore des sujets ou des thèmes propres à la Science-Fiction, elle se fait l’écho de ce qui a déjà été écrit par des spécialistes en citant des extraits d’ouvrages de référence et en faisant part de sa propre réflexion, mais elle peut également aborder seule un thème qui lui tient à cœur. Elle peut aussi reprendre un article déjà publié dans la rubrique du CE13D des Échos d’Altaïr tout en l’enrichissant de données nouvelles.

17092402092815263615283124 dans Dataskann : Extraterrestres

- DATASKANN -

L’extraterrestre, notre double…

Combien d’extraterrestres, d’aliens, depuis la naissance de la science-fiction ? Certainement de quoi remplir un monde, à moins que ce ne soit finalement un univers… Tantôt menaçant, tantôt amical, il est l’étranger qui nous fascine et nous inquiète à la fois car il est différent, il est l’inconnu, et l’on sait combien la différence et l’inconnu sont souvent suspects chez l’Homme.

16120401452015263614678943

Commençons par l’Encyclopédie de la Science-Fiction (éd. CIL Beaux Livres – 1980) qui, par l’intermédiaire de Chris Morgan, nous dresse le portrait suivant de l’extraterrestre :

17092402115315263615283125« L’extraterrestre est, par définition, un être mythique, qui habite naturellement un espace, ou des espaces mythiques, c’est-à-dire… les espaces galactiques. S’il nous ressemble, c’est un humanoïde ; dans le cas contraire, c’est un non-humanoïde dont les caractéristiques sont nombreuses et variées. C’est vraiment l’étranger idéal, le feu vert donné à tous les fantasmes, aux vieilles terreurs enfantines, aux monstres mal tués… »

Et parlons-en des fantasmes ! James White nous rappelle, dans l’Encyclopédie Visuelle de la Science-Fiction (éd. Albin Michel – 1979), les tout débuts de l’extraterrestre en science-fiction, ceux des couvertures des pulps, ceux que nous chérissons ici dans notre 13e dimension des entités :

« Sur la couverture des magazines, la rencontre entre humains et créatures étrangères était au minimum illustrée par un monstre squamifère aux yeux d’insecte, possédant de nombreux tentacules, apparemment obsédé sexuel, pourchassant une très jolie femme qui avait bien du mal à cacher ses charmes sous une combinaison presque transparente. On espérait que, face à une telle description, le lecteur serait effrayé et dégoûté au point d’avoir une envie de rayer l’immonde apparition de la Galaxie. »

17092402172915263615283126

Yves Bosson et Fared Abdelouahab se veulent quant à eux très pointus dans leur définition du mot « extraterrestre » publiée dans le Dictionnaire des Mondes Extraterrestres (éd. Flammarion – 2010) :

« Forme modernisée d’ »extra-terrestre », adjectif apparu en France au milieu du XIXe siècle. Il signifiait alors non pas « hors de » – le sens que nous lui donnons aujourd’hui -, mais plutôt « spirituel », 17092402263015263615283128« céleste », ou encore « non matériel ». On qualifiait donc d’extraterrestre ce qui n’était pas matériel, terrestre ou humain. Par extraterrestre, il fallait entendre supraterrestre, avec une connotation quasi spiritualiste. Pour le sociologue Jean-Bruno Renard, « ce n’est pas un hasard si l’usage du mot est apparu chez les écrivains qui furent les chantres de l’idéalisme poétique et de l’école symboliste, écrivains dont les tendances mystiques s’exprimèrent souvent en dehors de la religion ». »

Stan Barets nous confie dans son tome 2 du Science-Fictionnaire (éd. Denoël) :

« Comme tout ce qui vit aux cieux, l’extraterrestre peut aussi bien être ange que démon…

17092402221715263615283127La SF a longtemps été prisonnière des visions de H.G. Wells et de ses monstres malintentionnés à notre égard.

Il y a cependant beaucoup plus à dire sur le rôle « philosophique » de l’extraterrestre. C’est évidemment notre double. Une autre créature qui n’est, en fin de compte, que destinée à nous renvoyer notre image. Même si celle-ci est passablement déformée. Mais dans l’incapacité d’imaginer une altérité totale (quel auteur aurait pu seulement inventer un chat ?), l’extraterrestre ne renvoie, le plus souvent, que l’image de notre agressivité ou de l’instinct de mort qui, dit-on, nous anime. »

Pierre Versins, quant à lui, dans son Encyclopédie de l’Utopie et de la Science-Fiction (éd. L’âge d’homme), décortique les extraterrestres de la manière suivante:

« Notre thème peut se présenter de diverses façons : nous LES découvrons, et c’est la Conquête ; ILS nous découvrent, et c’est l’Invasion (curieusement, la coexistence n’a pas été beaucoup traitée en science-fiction ; on en parle souvent, c’est une affaire entendue, mais elle vient après la conquête ou l’invasion) ; on peut ajouter à ceci que la conquête peut être suivie d’une invasion (ILS se défendent et nous attaquent à leur tour) ; ne pas oublier enfin le cas où il ne peut y avoir ni conquête ni invasion, comme dans Minorité Absolue, de Theodore Sturgeon (1949), où l’univers presque entier est composé d’anti-matière : alors pas question que nous rencontrions les Autres, ça ferait trop d’étincelles. »

17092402305515263615283131

Nous finirons nos rencontres du troisième type avec un portrait d’extraterrestre, la description d’un Sélénite par H.G. Wells dans Les Premiers Hommes dans la Lune :

« Le Sélénite avait l’aspect d’un être compact, tout hérissé de piquants, ressemblant fort à un insecte très complexe, doté de tentacules flagelliformes et d’un grand bras d’aspect métallique qui sortait d’un corps cylindrique et brillant. Un casque bardé de pointes, énorme…, dissimulait la forme de son visage, et deux yeux d’un vert sombre, très saillants et très écartés, faisaient ressembler à un bourgeon tout cet amas de métal qui recouvrait son visage. »

- Morbius, d’Altaïr IV -

Résultats de recherche d'images pour « The First Men in the Moon movie gif »

RÉTROFUTURISME – La montre ordinateur

RÉTROFUTURISME - La montre ordinateur dans Rétrofuturisme 17092308535715263615281697

RETROFAKE – Technologie du futur

Illustrations de Michael Murdock.

RETROFAKE - Technologie du futur dans Retrofake 17091209080815263615265600

17091209080615263615265599 dans Retrofake

17091209080415263615265598

17091209080215263615265597

17091209074815263615265596

RETROMAD – Le droïde N.O.U.N.O.U.

RETROMAD - Le droïde N.O.U.N.O.U. dans Retromad 17091101211715263615264560

Le droïde N.O.U.N.O.U. (Nouvel Outil Utilitaire pour Nourrisson Oppresseur Urbain) est la dernière création de la société BB-8. Il remplace avec une efficacité remarquable la maman qui peut désormais vaquer à ses loisirs en toute confiance.

Assurant avec sérieux les multiples tâches quotidiennes (changer les couches, donner le biberon, promener le bébé, le faire dormir), N.O.U.N.O.U. possède un casque translucide muni d’un ensemble de microphones permettant une traduction instantané des cris du bébé. Ainsi, N.O.U.N.O.U. est capable de pouvoir immédiatement réagir aux demandes urgentes de l’enfant humain grâce à un programme parfaitement étudié. 

N.O.U.N.O.U. dispose également d’un programme de comptines et de berceuses qui se déclenche automatiquement dès que les cris du bébé dépassent un certain niveau de décibels. Cependant les berceuses seront plutôt employées pour endormir l’enfant au moment où N.O.U.N.O.U. le place dans son berceau. Afin d’éviter de stresser le bébé avec la voix monocorde et métallique typique du robot, ce sont tout simplement les enregistrements de la voix de sa maman qui sont alors émis. Celle-ci aura donc eu tout le loisir, au préalable, d’enregistrer un vaste répertoire de berceuses (la plupart des titres étant déjà disponibles ICI).

Avec le droïde N.O.U.N.O.U, les mamans du monde moderne peuvent aujourd’hui respirer !

- Morbius, d’Altaïr IV -

LA CRÉATURE VÉGÉTALE

LA CRÉATURE VÉGÉTALE  dans Image 17091001292715263615263303

ROBOTIKMACHINE – Le robot-moto

ROBOTIKMACHINE - Le robot-moto dans Robotikmachine 17090911150015263615261681

COUV – The Mystery Planet

COUV - The Mystery Planet dans Couv 17090810512215263615260500

PULPOCOVER – Other Worlds

PULPOCOVER - Other Worlds dans Pulpocover 17090709071215263615258502

VIDÉO – Wild Wild Planet

Voici la bande annonce, prometteuse, de WILD WILD PLANET dont le titre original est I CRIMINALI DELLA GALASSIA, film italien de SF réalisé en 1965 par Anthony M. Dawson aka Antonio Margheriti… Nous n’en dirons pas plus, si ce n’est le synopsis proposé par le site psychovision.net :

« Dans une station spatiale réservée aux forces de police, alors que Connie entraîne de jeunes recrues au close-combat, le commandant Mike Halstead reçoit un message urgent. Sur Terre, depuis quelques jours, un certain nombre de personnalités ont mystérieusement disparu. Mike et Connie décident de rentrer sur la planète bleue afin de retrouver l’auteur de ces enlèvements. Leurs investigations les mènent rapidement à l’adresse du professeur Delfos. Celui-ci, employé dans un laboratoire top secret, ne semble pas avoir la conscience tranquille. En effet, la nuit venue, profitant des installations de ses employeurs, il pratique d’étranges expériences sur les personnes qu’il a fait enlever… »

Image de prévisualisation YouTube


1...34567...18

AVERTISSEMENT !

SCIENCE-FICTION RÉTRO OU KITSCH, SAVANTS FOUS, CRÉATURES ÉTRANGES, OBJETS INCONNUS, ROBOTS COLORÉS, INSECTES GÉANTS, ASTRONEFS INCONTRÔLABLES, ALIENS MENAÇANTS, HÉROS SANS SCRUPULES, AFFICHES LOUFOQUES, ARTISTES DÉMENTS, DANGEREUSES VISIONS : RIEN NE VOUS SERA ÉPARGNÉ. BIENVENUE DANS LE CLUB DES ENTITÉS DE LA 13e DIMENSION, LE CE13D…


Tresanstopfullno |
Le blog de la classe CE1-CE2 |
Votre Alter-Ego |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Petites Zouzouilles...
| Ogtrosenethlink
| Lamagitdelunivers