Page d'archive 2

MIRAGES

MIRAGES dans Image 17071801133115263615154443

RETROMAD – L’Amplicos 900

RETROMAD - L'Amplicos 900 dans Retromad 17071809351215263615154288

Grâce à l’Amplicos 900, ne ratez aucune émission en provenance du cosmos ! Du son émis par la magnétosphère de Jupiter en passant par les tempêtes géantes de son atmosphère gazeuse, du brasier solaire en passant par le craquement des glaces du satellite Europe, des geysers de Io en passant par le vent des déserts martiens, tout le cosmos sera désormais à portée d’oreilles pour vous !

Mais ce n’est pas tout ! En réglant l’Amplicos 900 sur les fréquences souhaitées, vous pourrez aussi entendre le son des tambours des tribus sélénites, le chant des sirènes de Vénus, les opéras de Saturne, jusqu’aux lamentations des Plutoniens. Jamais les planètes n’auront paru aussi proches !

Il est cependant vivement déconseillé d’utiliser l’Amplicos 900 par temps pluvieux. En effet, ses deux capteurs sonoïdes pourraient se remplir d’eau et entraîner ainsi un dérèglement irréversible des circuits internes de l’appareil, provoquant lui-même une perte totale d’audition pour l’utilisateur.

- Arganthiop, de Pluton -

POSTEROÏDE – Yog, Monster from Space

POSTEROÏDE - Yog, Monster from Space dans Posteroïde 17071708310015263615152140

TVTHÈQUE – The Starlost

TVTHÈQUE - The Starlost dans TVthèque 17070106422715263615123229

Au début des années 1970, THE STARLOST s’annonçait comme la plus ambitieuse série télévisée de science-fiction jamais tournée. Créée par l’écrivain Harlan Ellison, elle devait confier l’écriture de ses épisodes aux plus grands auteurs de SF et ses effets spéciaux à Douglas Trumbull, le plus grand spécialiste de l’époque. Le sort en décida autrement : THE STARLOST s’effondra au bout de seize épisodes seulement…

17071509564615263615149431 dans TVthèque

THE STARLOST, c’est l’histoire d’un vaisseau spatial terrien d’une taille monstrueuse, l’Arche (Ark, ressemblant étrangement au Valley Forge de SILENT RUNNING…), voguant hors de contrôle à travers 17071509583215263615149433l’espace en l’an 2790 et transportant à son bord les derniers survivants de l’espèce humaine. Ses membres d’équipage ont été tués cinq cents ans plus tôt, et désormais le mécanisme permettant de relier les différents dômes du vaisseau ne fonctionne plus. Les communautés vivant sur l’Arche ont ainsi oublié qu’elles se trouvent à bord d’un gigantesque vaisseau spatial, tout comme elles ne se souviennent plus que leur monde agonise à des millions d’années lumière de distance. Elles ont grandi en ayant seulement pour ciel la coque métallique de l’Arche. Mais sans aucun membre d’équipage à ses commandes, l’Arche poursuit inexorablement sa course folle à travers l’univers, une course qui pourrait prochainement entraîner sa collision avec une étoile…

17071510003315263615149435Harlan Ellison avait vu grand dans son projet de série télévisée, n’hésitant pas à utiliser Ben Bova en tant que consultant scientifique sur THE STARLOST. Mais, plus que tout, il avait contacté les plus prestigieux auteurs de la littérature de science-fiction d’époque. Ainsi A. E. Van Vogt, Frank Herbert, Phillip K. Dick, Ursula K. Le Guin, Thomas M. Dish, Joanna Russ et Alexei Panshin devaient écrire les épisodes de la série événement produite par Twentieth Century Fox Television ! Imaginez ce que cela aurait pu donner !

17071510025315263615149436

Nous sommes en 1973, au sortir de 2001 : L’ODYSSÉE DE L’ESPACE (1968), et Harlan Hellison souhaitait visiblement conférer à sa série un sérieux scientifique et une qualité scénaristique irréprochables. En outre, Keir Dullea, l’acteur ayant incarné David Bowman dans 2001, faisait parti du casting. Il jouera dans les seize épisodes de THE STARLOST le rôle de Devon, un orphelin moustachu rêveur et 17071510074415263615149440naïf qui a perdu ses parents fermiers dans un incendie. Enfin, Douglas Trumbull, également connu pour avoir conçu les effets spéciaux de 2001, aurait permis à THE STARLOST d’atteindre un degré de perfection encore jamais vu à la télévision en utilisant son Magicam System.

Mais que s’est-il donc passé pour que THE STARLOST ne parvienne pas à son objectif ? Prévue au départ pour bénéficier d’un gros budget, la série se retrouva très vite avec des moyens financiers largement insuffisants. Avec la science-fiction, il faut tout créer : intérieurs de vaisseaux, vues spatiales, surfaces de planètes… et cela revient forcément très cher. THE STARLOST perdit également Douglas Trumbull dès les premiers tours de manivelle. Résultat, des effets spéciaux plus que moyens vont desservir les épisodes…

17071510103915263615149442

Harlan Ellison se contentera dès lors de demeurer en tant que créateur de la série sous le pseudonyme de Cordwainer Bird (il écrira également quelques épisodes), conservant Douglas Trumbull seulement en tant que producteur exécutif. Ursula K. Le Guin participera à un seul épisode, « The Goddess Calabra », le reste des épisodes étant écrits par des scénaristes canadiens. Walter Koenig (Chekov dans STAR TREK) fera plusieurs apparitions, et John Meredith Lucas, auteur de 17071510122915263615149445scénarios pour STAR TREK, participera également à l’écriture.

L’histoire de la télévision a sans doute raté une belle occasion de faire de THE STARLOST l’une des plus grandes séries de science-fiction de tous les temps. Si vous souhaitez découvrir THE STARLOST, les épisodes sont disponibles en VO sur YouTube. Le CE13D vous propose le pilote intitulé : « Voyage of Discovery ».

- Morbius, d’Altaïr IV -

Image de prévisualisation YouTube

PULPOCOVER – Other Worlds

PULPOCOVER - Other Worlds dans Pulpocover 17071509215715263615149423

DATASKANN – Nos amis les robots ?

DATASKANN - Nos amis les robots ? dans Dataskann 17060602282015263615078906La catégorie Dataskann explore des sujets ou des thèmes propres à la Science-Fiction, elle se fait l’écho de ce qui a déjà été écrit par des spécialistes en citant des extraits d’ouvrages de référence et en faisant part de sa propre réflexion, mais elle peut également aborder seule un thème qui lui tient à cœur. Elle peut aussi reprendre un article déjà publié dans la rubrique du CE13D des Échos d’Altaïr tout en l’enrichissant de données nouvelles.

17071409011915263615148264 dans Dataskann

- DATASKANN -

Nos amis les robots ?

Qu’en est-il de notre enfant mécanique, de notre automate sans cœur ? Est-il d’ailleurs vraiment sans cœur ? Que lui avons-nous offert pour qu’il nous ressemble ? Lui avons-nous donné le meilleur de nous-mêmes ou avons-nous transféré en lui tous nos défauts et toute notre rancœur à l’égard de l’humanité?… 

17071409040115263615148275

Gloire au premier héros de métal de l’Histoire de la Science-Fiction, et il n’est pas tout jeune nous précise Harry Harrison dans Encyclopédie de la Science-Fiction (éd. CIL Beaux Livres – 1980) :

17071409075215263615148280« Pour les Grecs de la période archaïque, les « machines » appartenaient au domaine de la fable et du mythe. Pourtant l’architecte Dédale passe pour avoir construit un gigantesque robot de bronze, Talos, pour garder l’île de Crête des étrangers. Quand il en attrapait un il portait son corps métallique au rouge, l’étreignait et le brûlait. C’est vraiment le premier héros de métal de la littérature. »

Mais il n’y a plus d’automates, il y a les « robots » nous précise d’emblée Jacques Van Herp dans Panorama de la Science-Fiction(éd. Lefrancq – 1996) :

16080704050215263614415060« Il n’y a plus d’automates, il y a les « robots », plus de jouets d’horlogers, mais la « cybernétique ». On s’inquiète ; les ingénieurs et les mathématiciens ne sont plus seuls à les étudier, ils accaparent l’attention un peu plus anxieuse de sociologues, de neuro-psychologues, de philosophes. Depuis des années, les auteurs, eux, s’interrogeaient déjà, s’exaltaient ou feignaient de trembler devant cette accession des mécaniques dotées de sens et de jugement, devant leur intrusion dans le domaine de l’homme. Ce qui n’était d’abord qu’un jeu devint rapidement inquiétude sourde, réelle, mal voilée : la place qu’on leur attribue est trop envahissante. »

17071409235915263615148296

Daniel Tron écrit dans Sciences & Science-Fiction (éd. de La Martinière – 2010) :

« Le robot est à la fois un rêve d’avenir, l’expression des dangers de la déshumanisation liée au progrès technique et des obsession de Capek pour la fertilité, ainsi qu’une frontière entre l’homme et la machine, entre fabrication divine et fabrication humaine. Dès l’origine, les robots ont donc reflété la relation de l’homme et de la technique. Ils ont aussi représenté un recommencement de la création de l’homme et une vision de son rapport à son origine et son destin. »

17071409145715263615148288

Stan Barets, dans son Science-Fictionnaire tome 2 (éd. Denoël – 1994) préfère quant à lui nous parler du robot comme « source d’humour » :

« Depuis quelques décennies, le thème du robot a progressivement changé de registre. L’aspect existentiel et angoissant de cette créature est maintenant une des caractéristiques des androïdes, alors que 16080704070715263614415061le robot proprement dit, sans doute victime de l’image très naïve donnée par le cinéma, est plutôt devenu source d’humour. Ainsi Robert Sheckley, Frederic Brown ou Douglas Adams se moquent allègrement de ces assemblages de boîtes de conserve qui cliquettent en disant « Oui, Maître ! » et George Lucas obtint le meilleur résultat avec C3PO et R2D2, les Laurel et Hardy de la Robotique. »

Pour Jean Gattégno, dans La Science-Fiction(collection Que sais-je ? – 1983), les robots n’ont toujours posé qu’un seul problème :

« Autant que le « rayon de la mort », l’image du robot a frappé le public et a souvent passé pour essentielle à tout récit de SF. Et il est vrai que le thème est un des plus riches, psychologiquement du moins, qui soit. Mais comme thèmes d’histoires, les robots n’ont toujours posé qu’un seul problème : celui de leurs rapports avec l’homme, leur créateur. Sans être fait de métal et de plastique, leur prédécesseur, le monstre créé par Frankenstein, avait mis au jour l’inquiétude fondamentale des humains : et si la créature se retournait contre son créateur ? »

17071409253215263615148298

Mais impossible de parler des robots sans finir sur les secrets du Maître Isaac Asimov à l’origine des trois lois de la robotique. Celui-ci nous confie un secret dans l’Encyclopédie Visuelle de la Science-Fiction (éd. Albin Michel – 1979) :

« Le 16 décembre 1940, avant de commencer à écrire Menteur (in Les Robots) (finalement paru dans Astounding, mai 1941), j’ai apporté le synopsis à John Campbell, directeur de la revue. Alors que je 17071409311915263615148304tentais de lui expliquer le comportement de mon robot, John perdit patience et me dit : « Écoute, Isaac, pour tout résumer, il te faut trois lois du comportement des robots : premièrement… » Et il m’énonça les trois lois presque sous la forme que j’ai finalement adoptée. Par la suite, il a toujours prétendu qu’il n’avait fait que déduire les trois lois de mes propres explications ; mais tout ce que je sais, c’est qu’il les a énoncées le premier et qu’avant, je ne les avais pas clairement à l’esprit. Par contre, j’ai créé le mot « robotique ». Autant que je sache, personne, pas même Campbell, ne l’a employé avant moi. Il m’est agréable de penser que mes trois lois ont effectivement révolutionné (comme certains le prétendent) le récit de robot. J’ai déclenché cette « révolution » deux jours avant mes vingt et un ans et je n’en étais alors absolument pas conscient. »

- Morbius, d’Altaïr IV -

Résultats de recherche d'images pour « robot sci fi animated gif »

DANGEREUSE VISION – 6

Résultats de recherche d'images pour « sci fi gif »

COUV – More Than Human

COUV - More Than Human dans Couv 17071208313915263615145818

ALIEN’ART – El Gato Gomez

El Gato Gomez est un(e) artiste et designer qui se définit ainsi :

« An artist and designer with a mad passion for mid century style. Biography: I am a working artist with a background in graphic design, painting, ceramics, sculpture, and textiles. Please visit elgatogomez.weebly.com to view and purchase my original artwork. My focus over the past few years has been on merging all of my passions into a distinct,recognizable, and coherent style. Obviously my obsession with mid-century design has greatly influenced my art, as well as my love for vintage 1950s-60s abstract art, advertising, cartoons, sci-fi, and kooky creepy stuff. »

Sa passion pour le style vintage des années 1950-1960 l’a amené(e) à créer des œuvres de SF originales, aux fusées, astronautes et robots à l’ancienne. Sa touche est reconnaissable entre toutes. « El gato » voulant dire « chat » en espagnol, on retrouve souvent un chat noir dans un coin du décor. Voici quelques-unes de ses œuvres fantasmagoriques.

- Arganthiop, de Pluton -

ALIEN'ART - El Gato Gomez dans Alien'art 17071109000915263615143420

17071109011415263615143421 dans Retrofake

17071109023715263615143422

17071109034115263615143424

17071109054715263615143425

17071109111515263615143444

17071109121615263615143445

17071109132215263615143446

DANS LA GUEULE DU LOUP

DANS LA GUEULE DU LOUP dans Image 17071008262215263615141581


12345...9

AVERTISSEMENT !

SCIENCE-FICTION RÉTRO, VINTAGE OU KITSCH, SAVANTS FOUS, CRÉATURES ÉTRANGES, OBJETS INCONNUS, ROBOTS COLORÉS, INSECTES GÉANTS, ASTRONEFS INCONTRÔLABLES, ALIENS MENAÇANTS, HÉROS SANS SCRUPULES, AFFICHES LOUFOQUES, ARTISTES DÉMENTS, DANGEREUSES VISIONS : RIEN NE VOUS SERA ÉPARGNÉ. BIENVENUE DANS LE CLUB DES ENTITÉS DE LA 13e DIMENSION, LE CE13D…


Tresanstopfullno |
Le blog de la classe CE1-CE2 |
Votre Alter-Ego |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Petites Zouzouilles...
| Ogtrosenethlink
| Lamagitdelunivers