Archives pour la catégorie Voix d’outre-espace

VOIX D’OUTRE-ESPACE – Ce qu’on s’amusait !

« Ce soir-là, Margie nota l’événement dans son journal. A la page qui portait la date du 17 mai 2155, elle écrivit : Aujourd’hui, Tommy a trouvé un vrai livre!

C’était un très vieux livre. Le grand-père de Margie avait dit un jour que, lorsqu’il était enfant, son propre grand-père lui parlait du temps où les histoires étaient imprimées sur du papier.

On tournait les pages, qui étaient jaunes et craquantes, et il était joliment drôle de lire des mots qui restaient immobiles au lieu de se déplacer comme ils le font maintenant – sur un écran, comme il est normal. Et puis, quand on revenait à la page précédente, on y retrouvait les mêmes mots que lorsqu’on l’avait lue pour la première fois. »

VOIX D'OUTRE-ESPACE - Ce qu'on s'amusait ! dans Voix d'outre-espace 18100509242315263615925428

(Isaac Asimov / Ce qu’on s’amusait ! / nouvelle publiée en 1951)

VOIX D’OUTRE-ESPACE – La Planète Oubliée

« Le navire de prospection spatiale Téthys fut le premier astronef à se poser sur la planète sans nom. C’était une planète admirable à bien des égards. Elle possédait des océans nombreux que le soleil tout proche chauffait si généreusement qu’un perpétuel écran de nuages les cachait à la vue – comme il cachait la plus grande partie du sol. Il y avait des montagnes et des continents, des îles et des hauts plateaux. Il y avait le jour et la nuit, le vent et la pluie. La température moyenne se situait dans les limites auxquelles les êtres humains pouvaient aisément s’adapter. Le climat était plutôt tropical, mais pas désagréable. »

planete

(La Planète Oubliée / Murray Leinster)

VOIX D’OUTRE-ESPACE – Premier Contact

« Devant l’astronef se déployait un immense voile de brume lumineuse. Il semblait immobile. Il fallait longtemps pour avoir une impression de rapprochement appréciable bien que l’indicateur accusât une vitesse incroyable. Cette brume était la nébuleuse du Crabe : six années-lumière de long, trois et demie de profondeur, hérissée d’espèces de tentacules qui la faisaient ressembler quand on l’observait à travers les télescopes au crustacé qui lui avait valu son nom. C’était un nuage de gaz infiniment ténu qui s’étendait sur la moitié de la distance séparant Sol de son plus proche voisin. Au cœur de ce nuage brillaient deux étoiles – une étoile double, plus exactement – dont l’une était du même jaune que le soleil de la Terre et l’autre d’un blanc invraisemblable. »

VOIX D'OUTRE-ESPACE - Premier Contact dans Voix d'outre-espace 18080810434515263615840184

(Premier Contact / Murray Leinster / Les Meilleurs Récits de Astounding Science-Fiction 2 Période 1938-1945)

VOIX D’OUTRE-ESPACE – La Fosse aux Pirates

« C’est un Vénusien. Un homme-poisson de Vénus. Il y a deux ans, le journal m’a envoyé faire une enquête là-bas. Mon patron avait une idée tordue : il était persuadé que les Vénusiens avaient des connaissances scientifiques que nous n’imaginions pas. Mais je n’ai pas vu grand-chose car pour s’aventurer dans les profondeurs des mers vénusiennes, il faut vraiment vouloir se suicider. Elles sont chimiquement instables. Elles contiennent toujours plus ou moins d’acides – et beaucoup de chlorures. Une vraie infection mais les naturels ont l’air d’apprécier. »

VOIX D'OUTRE-ESPACE - La Fosse aux Pirates dans Voix d'outre-espace 18072110143915263615815499

(La Fosse aux Pirates / Clifford D. Simak /Les Meilleurs Récits de Astounding Science-Fiction 2 Période 1938-1945)

VOIX D’OUTRE-ESPACE – Une Main Secourable

« Et dans une civilisation de la technique, deux cents ans c’était comme mille pour des sauvages. La Terre avait manqué le coche de deux cents ans, mais elle l’avait manqué. Les Perui possédaient la technique, les navires stellaires et l’empire. Ils avaient traversé l’Atlantique galactique en quête de nouvelles routes – et ils étaient tombés sur l’humanité primitive. »

VOIX D'OUTRE-ESPACE - Une Main Secourable dans Voix d'outre-espace 18062210374315263615772487

(Une Main Secourable / Lester del Rey / La Grande Anthologie de la Science-Fiction : Histoires Galactiques)

VOIX D’OUTRE-ESPACE – Escarmouche

« Supposons que la race humaine, une fois qu’elle s’aventurerait dans l’espace, trouve une planète où les humanoïdes sont dominés par les machines, forcés de travailler, de penser, d’exécuter des projets de machines, non des projets humains, pour le seul bénéfice des machines. Une planète où les plans humains ne seraient absolument pas considérés, où aucun travail, aucune pensée des humains ne profiterait aux humains, où ils ne bénéficieraient d’aucun soin autre que ceux de l’entretien, dans la seule intention qu’ils continuent de fonctionner pour le plus grand bien et la plus grande gloire de leurs maîtres mécaniques.

Que feraient les humains dans un cas pareil ? »

VOIX D'OUTRE-ESPACE - Escarmouche dans Voix d'outre-espace 18060708340415263615750386

(Escarmouche / Clifford D. Simak)

VOIX D’OUTRE-ESPACE – … Comme les Autres nous voient

« Le grand soleil blanc-bleu de Donophan 1210 n’était qu’à huit cent mille kilomètres. Dans son champ gravitationnel monstrueux, le yacht de luxe Westphalia tanguait lourdement, comme un bateau ivre. La pression de la lumière et les tourbillons cycloniques de particules radioactives secouaient le vaisseau malgré les piles atomiques profondément enfouies dans sa coque élancée. 

Comme un vieux voilier sur les antiques mers de la Terre, il se tordait et roulait sous les rafales de photons et l’ouragan d’éléments fracassés arrachés à l’immense soleil. »

VOIX D'OUTRE-ESPACE - ... Comme les Autres nous voient dans Voix d'outre-espace 18051808453715263615717679

(Raymond F. Jones, « … Comme les Autres nous voient », 1951)

VOIX D’OUTRE-ESPACE – A Scent of New-Mown Hay

« … Le plus horrible était que la victime ne mourait pas… Cette chose ne tuait pas. Cela n’était pas nécessaire. Il n’était pas dans son intérêt de tuer. Elle mêlait ses cellules à celles de sa victime.

Cette fusion donnait une créature à l’apparence encore humaine mais dont la substance n’était qu’une masse fongueuse. On obtenait ainsi une chose qui pouvait voir et se mouvoir et qui gardait peut-être quelques traces de pensées. Des pensées qui, en tout cas, n’auraient jamais qu’un seul but. Celui de contaminer les autres… »

VOIX D'OUTRE-ESPACE - A Scent of New-Mown Hay dans Voix d'outre-espace 18050207133815263615695674

(A Scent of New-Mown Hay, de John Blackburn, éd. New English Library, 1976)

VOIX D’OUTRE-ESPACE – L’Homme qui n’est jamais né

« Dans la brillante immensité de billions et de billions d’étoiles, la totale solitude lorsqu’elle est voulue peut être exaltante et n’a rien de commun avec la solitude dont l’homme souffre sur Terre. Perdu dans la multitude des mondes, l’homme ne fait plus qu’un avec l’espace et le temps. » 

VOIX D'OUTRE-ESPACE - L'Homme qui n'est jamais né dans Voix d'outre-espace 18042008462415263615677225

(épisode « L’Homme qui n’est jamais né », série AU-DELÀ DU RÉEL)



AVERTISSEMENT !

SCIENCE-FICTION RÉTRO OU KITSCH, SAVANTS FOUS, CRÉATURES ÉTRANGES, OBJETS INCONNUS, ROBOTS COLORÉS, INSECTES GÉANTS, ASTRONEFS INCONTRÔLABLES, ALIENS MENAÇANTS, HÉROS SANS SCRUPULES, AFFICHES LOUFOQUES, ARTISTES DÉMENTS, DANGEREUSES VISIONS : RIEN NE VOUS SERA ÉPARGNÉ. BIENVENUE DANS LE CLUB DES ENTITÉS DE LA 13e DIMENSION, LE CE13D…


Tresanstopfullno |
Le blog de la classe CE1-CE2 |
Votre Alter-Ego |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Petites Zouzouilles...
| Ogtrosenethlink
| Lamagitdelunivers