Archives pour la catégorie TVthèque

TVTHÈQUE – Fusée XL5

TVTHÈQUE - Fusée XL5 dans TVthèque 17070106422715263615123229

Diffusée de 1962 à 1963, FUSÉE XL5 est une série de science-fiction britannique créée par Gerry et Sylvia Anderson et destinée aux enfants. Elle narre les aventures d’une patrouille intergalactique à l’équipage hétéroclite dont la mission est d’assurer la sécurité dans le secteur 25 de notre système solaire…

18111801063515263615999890 dans TVthèque

Gerry Anderson, le papa des célèbres THUNDERBIRDS (LES SENTINELLES DE L’AIR) est à l’origine de nombreuses séries télévisées des sixties utilisant les marionnettes à la perfection dans des décors 18111801114115263615999894à la James Bond ! Grâce à sa Supermarionation, il nous a gratifié de CAPITAINE SCARLET (Captain Scarlet and the Mysterons), L’ESCADRILLE SOUS-MARINE (Stingray), JOE 90, SUPERCAR et bien sûr FUSÉE XL5 (Fireball XL5) :

« Le Fireball XL5 est une fusée faisant partie de la flotte interplanétaire chargée de protéger le secteur 25 du système solaire sous la supervision de la Patrouille spatiale mondiale. Elle est sous le commandement de Steve Zodiac et son équipage est constitué de Venus, une doctoresse, du professeur Matthew Matic et de Robert le robot qui est aussi le co-pilote du vaisseau. Leur mission est de contrer les menaces et autres invasions extra-terrestres. »

18111801095215263615999891

39 épisodes en noir et blanc d’environ 25 minutes furent réalisés d’octobre 1962 à octobre 1963 et la série connut une diffusion française sur RTL TV, toujours dans les années 1960.

Gerry Anderson lui-même prête sa voix à Robert le robot, Sylvia Anderson au Docteur Vénus, Paul Maxwell au Commandant Steve Zodiac, David Graham au Professeur Matthew Matic et John Bluthal au Commandant Wilbur Zero.

Résultat de recherche d'images pour "fireball xl5 gif"

Nous vous proposons l’épisode pilote de FUSÉE XL5, en français, intitulé « Planète 46. » Le résumé :

« Fireball XL5 intercepte un missile planétonique envoyé pour détruire la Terre. Steve, Vénus, le professeur Matic et Robert le robot, sont envoyé sur la planète 46, lieu d’origine du lancement, mais ils sont capturés par les Sub-Terriens. »

- Morbius, d’Altaïr IV -

Cliquez sur l’image ci-dessous pour voir l’épisode.

Image de prévisualisation YouTube

TVTHÈQUE – Blake’s 7

TVTHÈQUE - Blake's 7 dans TVthèque 17070106422715263615123229

Totalement inédite en France, la série télévisée BLAKE’S 7 fut programmée à la télévision britannique de 1978 à 1981, sur la BBC. Créée par Terry Nation, elle raconte les aventures d’une bande de rebelles voyageant à bord du vaisseau Liberator et luttant contre des forces totalitaires. On n’est pas loin de STAR WARS, mais toute comparaison s’arrête là…

18061606530015263615764329 dans TVthèque

Nous sommes en pleine furie de space operas. Le succès phénoménal de STAR WARS, un an plus tôt, va jusqu’à dépasser les salles obscures pour atteindre le petit écran. Terry Nation, le papa des célèbres 18061607002715263615764337Daleks de DOCTOR WHO, crée alors BLAKE’S 7. La série comptera 52 épisodes de 50 minutes répartis sur 4 saisons. Son histoire est la suivante :

« Situé au « troisième siècle du second calendrier », Roj Blake, un révolutionnaire, dirige une bande de rebelles dans sa lutte contre les forces totalitaires de la « fédération Terran », qui règne sur la Terre et sur de nombreuses autres planètes grâce à la surveillance, au lavage de cerveau et à l’utilisation de drogues. »

BLAKE’S 7 prend ses sources dans des légendes, romans, films ou séries comme Robin des Bois, Le Meilleur des Mondes d’Aldous Huxley, STAR TREK, PASSAGE À MARSEILLE (de Michael Curtiz, 1944), mais aussi à travers des conflits politiques de l’époque qui se déroulent en Amérique du Sud et en Israël. La série se veut donc sombre, plus adulte que DOCTOR WHO, avec des sujets graves.

18061607033615263615764338

Le budget de la série est, comme pour DOCTOR WHO à ses débuts, catastrophique. Les décors, les costumes et les effets spéciaux en pâtissent forcément, mais cela n’empêche pas BLAKE’S 7 de devenir très vite populaire et de rassembler plus de dix millions de téléspectateurs britanniques lors de ses diffusions ! La critique est alors divisée entre ceux qui apprécient son thème de la dystopie, sa moralité ambiguë 18061607071515263615764339et son sens de l’humour et ceux qui lui reprochent sa production chaotique, ses dialogues interminables et son manque d’originalité.

BLAKE’S 7 comptera néanmoins de nombreux fans qui auront droit à un merchandising adéquat destiné à satisfaire leur appétit : livres, magazines, publications annuelles, jouets, musique et effets sonores de la série seront édités.

Bien après la diffusion de son dernier épisode, BLAKE’S 7 est maintes fois revenu sous forme d’enregistrements audio rassemblant les acteurs. Mais en 2013, on annonçait enfin le grand retour de BLAKE’S 7 à la télévision dans un reboot financé par la chaîne Syfy. Rien depuis…

18061607094215263615764341

Les personnages principaux

- Roj Blake (Gareth Thomas) : Blake est un dissident politique. Il est le commandant du vaisseau Liberator qu’il utilise pour mener des attaques contre la Fédération.

- Kerr Avon (Paul Darrow) : expert en électronique et en informatique. 

- Vila Restal (Michael Keating) : voleur expert, expert serrurier et prestidigitateur.

- Jenna Stanis (Sally Knyvette) : pilote expérimentée.

- Cally (Jan Chappell) : combattante extraterrestre télépathe de la planète Auron. 

- Dayna Mellanby (Josette Simon) : fille de l’ancien dissident Hal Mellanby. Experte en technologie d’armement. 

- Del Tarrant (Steven Pacey) : pilote expert qui s’est entraîné avec la Fédération avant de commencer des activités illégales.

18061607125215263615764342

Le vaisseau Liberator

Vaisseau extraterrestre abandonné aux environs de Cygnus Alpha, le Liberator sera récupéré et aménagé par Roj Blake et ses compagnons de fortune afin de lutter contre la Fédération terrienne corrompue.

Équipé d’un puissant armement, d’un champ de protection et d’ordinateurs de combat, le Liberator est entièrement contrôlé par un ordinateur répondant au nom de Zen. Les membres d’équipage utilisent la téléportation lorsqu’ils doivent se rendre sur une planète car le vaisseau est incapable de se poser.

Résultat de recherche d'images pour "blake's 7 gif"

Le Liberator est équipé de trois puissants canons à neutron et de missiles. Son système de sécurité est assuré télépathiquement et l’antimatière lui assure l’énergie nécessaire pour se mouvoir dans l’espace. En outre, le vaisseau est capable de s’autoréparer.

Le Liberator dispose de hangars, de capsules de secours et d’une fortune estimée à 300 millions de crédits de la Fédération.

Résultat de recherche d'images pour "blake's 7 gif"

L’épisode pilote de BLAKE’S 7

Découvrez l’épisode pilote de la série BLAKE’S 7 en cliquant sur l’image ci-dessous.

- Morbius, d’Altaïr IV -

Image de prévisualisation YouTube

DES MONSTRES DE LA SÉRIE « AU-DELÀ DU RÉEL »

DES MONSTRES DE LA SÉRIE

18042410003615263615683300 dans TVthèque

18042410003815263615683301

18042410004615263615683302

18042410004815263615683303

18042410004915263615683304

18042410005115263615683305

18042410005415263615683308

18042410005115263615683306

18042410005315263615683307

TVTHÈQUE – Le Voyage Extraordinaire

TVTHÈQUE - Le Voyage Extraordinaire dans TVthèque 17070106422715263615123229

THE FANTASTIC JOURNEY, titre original de ce VOYAGE EXTRAORDINAIRE, est une série télévisée de SF américaine créée en 1977 par Bruce Lansbury. Celle-ci ne dura que dix épisodes d’environ 50 minutes chacun. Elle narrait les aventures d’un petit groupe de rescapés sur une île étrange perdue dans le Triangle des Bermudes…

17052801544415263615063582 dans TVthèque

LE VOYAGE EXTRAORDINAIRE raconte l’histoire d’une famille et de leurs associés partis en bateau dans la mer des Caraïbes pour une expédition scientifique. Mais bien entendu, tout ne se passe pas comme prévu, surtout dans les environs du Triangle des Bermudes. Un mystérieux nuage vert fluorescent apparaît soudain et perturbe la navigation. Des bruits assourdissants, un vent violent et quelques 17052801574915263615063583instants de panique plus tard, notre équipage se retrouve échoué sur une île inconnue. Dès lors, nos héros ne peuvent plus s’échapper. L’île s’avère rassembler différentes dimensions où se mêlent des zones de temps. Ainsi se côtoient le passé, le présent et le futur, mais aussi des êtres d’autres mondes, tous prisonniers perdus sur cette île mystérieuse. Les zones se franchissent aisément dans un halo bleu, sorte de « désintégration » ou « téléportation » qui propulse les personnages dans un autre lieu habité par d’autres êtres de l’île. C’est là que réside la grande originalité de cette série fascinante qui s’adressait d’abord et surtout à un jeune public.

Parmi les personnages principaux, on trouve Varian (incarné par Jared Martin, un acteur bien connu à l’époque et malheureusement décédé il y a peu). Il s’agit d’un homme du XXIIIe siècle possédant des pouvoirs (et même une sorte de tournevis sonique emprunté au Docteur !). On trouve aussi Fred Walters (incarné par l’acteur 17052802023315263615063584noir Carl Franklin), jeune médecin fraîchement sorti de son école de médecine, Scott Jordan (joué par le jeune Ike Eisenmann que l’on retrouvera en 1982 dans STAR TREK II), il est le fils d’un scientifique célèbre, Liana (interprétée par Katie Saylor), fille d’un père atlante et d’une mère extraterrestre, et enfin Jonathan Willoway (incarné par le formidable et célèbre Roddy McDowall, le Cornélius de LA PLANÈTE DES SINGES de 1968) qui n’est autre qu’un scientifique rebelle des années 60. D’abord dangereux, il se joindra au groupe après une première mésaventure. À noter la présence d’un chat dénommé Sil-El, compagnon de Liana avec lequel notre métisse atlante-E.T. peut communiquer télépathiquement, félin qui se montrera bien utile dans les situations extrêmes car il sert souvent d’informateur discret.

17052802044415263615063585Toutes les aventures de nos héros tournent autour de leur recherche pour s’échapper de l’île. L’ensemble des intrigues s’inscrit parfaitement dans le style des feuilletons des années 70 où le public accordait davantage d’importance aux personnages et aux histoires qu’aux scènes d’action, ce qui pouvait néanmoins s’avérer parfois risqué au vu de l’échec de cette série survenu au bout de 10 épisodes seulement… Ainsi, un épisode de THE FANTASTIC JOURNEY pourra paraître long, aujourd’hui, aux téléspectateurs habitués à un certain rythme soutenu dans des feuilletons où l’inverse est souvent de rigueur : l’action d’abord, l’intrigue après…

17052802074115263615063586

LE VOYAGE EXTRAORDINAIRE fut diffusé du 3 février au 17 juin 1977 aux États-Unis. En France, la série connut une programmation sur TF1 à partir du 8 octobre 1977. L’épisode pilote, de 90 minutes, s’intitule « Vortex ». Les autres sont, dans l’ordre, « Atlantium », « Une Place au Soleil », « La République des Enfants », « Le Conquérant » (avec John Saxon), « Un Amour Volcanique », « Le 17052802103315263615063587Magicien », « Les Amazones » (avec Joan Collins), « Énigmes » et « Le Loup dans la Bergerie ». Un onzième épisode intitulé « Romulus » était prévu, mais la série s’arrêta brutalement avant sa réalisation. On trouve son scénario publié sur le Net.

Tous les épisodes du VOYAGE EXTRAORDINAIRE sont disponibles sur YouTube, en V.O. uniquement, et malheureusement dans un format inadéquat car agrandi afin de correspondre à un écran 16/9. L’image est également de mauvaise qualité car visiblement issue d’enregistrements télé VHS. Cependant il s’agit du seul moyen pour découvrir THE FANTASTIC JOURNEY, la série n’ayant apparemment jamais connu d’édition vidéo.

- Morbius, d’Altaïr IV -

L’ÉPISODE PILOTE de THE FANTASTIC JOURNEY :

Image de prévisualisation YouTube

TVTHÈQUE – Jason of Star Command

TVTHÈQUE - Jason of Star Command dans TVthèque 17070106422715263615123229

JASON OF STAR COMMAND, créé par Arthur H. Nadel et dérivé de SPACE ACADEMY, est une série télévisée américaine de science-fiction inédite en France qui connut deux saisons entre 1978 et 1979. Elle racontait l’éternelle lutte contre un dangereux ennemi, Dragos, désireux de conquérir l’univers…

17121012300415263615408305 dans TVthèque

Jason (Craig Littler), héros de la série, est un soldat de fortune qui fait partie d’une section secrète de la Space Academy. Sa mission est de lutter contre Dragos (Sid Haig), un ennemi redoutable dont le 17121012322215263615408317seul but est de conquérir l’univers. Il est aidé pour cela par une équipe spéciale : les commandants Carnavin et Stone, un ordinateur expert appelé Nicole, la puissante alien Samantha, un scientifique excentrique répondant au nom de Dr. E. J. Parsafoot et des deux robots Peepo et Wiki. Ensemble ils font face au terrible Dragos qui s’est lui-même auto-proclamé « Maître du Cosmos » et doivent affronter ses aliens à bord du Dragonship…

JASON OF STAR COMMAND, spin-off de SPACE ACADEMY, était une série télévisée diffusée le samedi matin aux États-Unis dans les programmes pour enfants. Produite par Filmation, elle débuta le 9 septembre 1978 et se termina le 1er décembre 1979 pour un total de 28 épisodes d’environ 25 minutes chacun répartis sur deux saisons. La série réemployait des décors, des robots et des vaisseaux de SPACE ACADEMY, et reçut même la participation régulière de James Doohan (Scotty dans STAR TREK) durant sa première saison.

17121012350915263615408318

JASON OF STAR COMMAND fonctionna volontairement, au début, à la façon des serials des années 1930, avec des chapitres à suivre se finissant toujours par un cliffhanger. Les moyens financiers 17121012365515263615408319étaient conséquents pour une série avant tout destinée aux enfants, et le succès fut au rendez-vous. Ses effets spéciaux furent assurés par certains spécialistes qui avaient déjà travaillé sur STAR TREK ou qui participeront sur STAR WARS.

Jason utilisait dans ses missions un Starfire, appareil conçu avec une capsule de sauvetage, alors que Dragos possédait un gigantesque vaisseau. Les destructions durant les 17121012385915263615408325scènes de bataille devaient utiliser le moins de violence possible afin de ne pas heurter la sensibilité des enfants…

Les deux saisons de JASON OF STAR COMMAND sont désormais disponibles en coffret DVD zone 1. Voici le premier épisode disponible (comme tous les autres d’ailleurs…) sur YouTube, un épisode où l’on a droit à des sorties dans l’espace sans scaphandre et au rire démoniaque du méchant… À noter également que la musique utilise quelques extraits de celle qui accompagnait les épisodes de STAR TREK, la série animée.

- Morbius, d’Altaïr IV -

Cliquez sur l’image ci-dessous pour obtenir l’épisode.

Image de prévisualisation YouTube

TVTHÈQUE – Star Maidens ou Les Filles du Ciel

TVTHÈQUE - Star Maidens ou Les Filles du Ciel dans TVthèque 17070106422715263615123229

STAR MAIDENS, ou quand la femme domine l’homme dans un monde extraterrestre ultra kitsch « made in seventies »…

17100808470315263615305783 dans TVthèque

LES FILLES DU CIEL… Ce titre ne vous dit probablement rien du tout… et pour cause : il s’agit du titre français de STAR MAIDENS, série télévisée de SF anglo-germanique qui fut uniquement diffusée sur Télé Luxembourg et Radio-Canada vers 1979.

17100808492515263615305784Mais STAR MAIDENS fut programmé bien plus tôt, en 1976, sur le réseau britannique ITV, soit en pleine époque de la libération de la femme et de la révolution de l’égalité des sexes, ce que reflète parfaitement le sujet de ce feuilleton qui compte seulement treize épisodes de 25 minutes chacun…

L’histoire de STAR MAIDENS est la suivante : « Expulsée de son orbite autour de Proxima Centauri par un cataclysme naturel, la planète Medusa arrive dans le système solaire et se place en orbite autour du soleil. Les habitants ont survécu dans des abris souterrains dans lesquels ils ont perpétué une société où les hommes sont réduits au rang d’esclaves par les femmes qui constituent la caste supérieure. Même les ordinateurs, omniprésents dans les cités de Medusa, sont 17100808512415263615305785mieux considérés que les mâles, éduqués dans la crainte absolue des femmes. Deux esclaves parviennent toutefois à s’échapper et trouvent refuge sur la Terre. Là, ils sont poursuivis par les forces de sécurité de Medusa qui tentent de les récupérer. Après avoir échoué, les habitantes de Medusa kidnappent deux savants terriens et les ramènent sur leur planète pour servir de monnaie d’échange. »

STAR MAIDENS a été créé par Eric Paice et produit par Portman Productions, avec une participation de la société allemande 17100808540015263615305786Werbung im Rundfunk. La série a bénéficié de nombreux décors ayant déjà servi à UFO : ALERTE DANS L’ESPACE, d’où l’impression d’un show à la Gerry Anderson. D’autre part, la plupart des effets sonores proviennent de COSMOS 1999, autre série de Gerry Anderson, de même que le designer Keith Wilson, qui a travaillé sur COSMOS 1999, a participé à STAR MAIDENS. 

Costumes sexy, maquillages et coiffures délirants, décors en plastique et aluminium, maquettes et peintures sur verre de la cité 17100808554415263615305787de Medusa contribuent à cette impression si particulière de nager parfois en plein épisode de COSMOS 1999 ! Sauf que la célèbre série avec Martin Landau et Barbara Bain dans les rôles principaux était plus ambitieuse (elle bénéficiait davantage de moyens) et indubitablement supérieure.

Keith Wilson garde un très mauvais souvenir de STAR MAIDENS. En 1995, il déclara lors d’une interview : « C’était un cauchemar, pour être honnête, un 17100808574715263615305788cauchemar absolu. Ils essayaient de faire à la façon d’une série de Gerry Anderson, et ils n’avaient pas les moyens ni même l’envie de le faire correctement… Les scénarios étaient mauvais, tout était mauvais, et je n’ai pas envie d’en parler davantage. En fait, je me rappelle vaguement de Star Maidens car c’était vraiment mauvais, et je ne veux plus rien avoir affaire avec ! »

STAR MAIDENS avait pour acteurs principaux Judy Greeson (Fulvia), Lisa Harrow (Liz Becker), Christiane Krüger (Octavia) et Pierre Brice (un Français, dans le rôle d’Adam). La série ne connut qu’une seule saison de treize épisodes diffusés en Angleterre du 1er septembre au 1er décembre 1976 avec une distribution dans une quarantaine de pays.

Voici, pour vous faire une idée, un épisode de la série :

Image de prévisualisation YouTube

- Morbius, d’Altaïr IV -

TVTHÈQUE – Space Academy

TVTHÈQUE - Space Academy dans TVthèque 17070106422715263615123229

SPACE ACADEMY est une série télévisée américaine de science-fiction inédite en France. Réalisée en 1977, peu après le succès de STAR WARS, elle était destinée à un jeune public et narrait les aventures d’un groupe d’adolescents accompagnés de leur mentor âgé de 300 ans.

17090207123115263615251257 dans TVthèque

SPACE ACADEMY raconte les histoires de cadets de l’espace vers l’an stellaire 3732. Ce groupe de jeunes gens, réuni dans une base spatiale installée sur un astéroïde, rassemble les meilleures recrues dotées de capacités et de compétences exceptionnelles pour un entraînement tout aussi exceptionnel. C’est le commandant Isaac Gampu, incarné par Jonathan Harris (le professeur Zachary Smith de PERDUS DANS L’ESPACE, série TV des sixties), qui est chargé de former au mieux l’équipe.

17090207141015263615251258

La série SPACE ACADEMY a été créée par Allen Ducovny, produite par Filmation et diffusée sur CBS, avec dans les rôles principaux de petits jeunes débutants comme Pamelyn Ferdin, Ric Carrott, Maggie Cooper, Brian Tochi, Ty Henderson et Eric Greene. On y trouvait également un robot répondant au nom de Peepo. La série débuta en septembre 1977 pour se finir en décembre de la même année. Elle ne connut par conséquent qu’une seule saison de 15 épisodes d’une durée de 25 minutes chacun.

17090207155415263615251259

SPACE ACADEMY bénéficia pour l’époque de moyens plutôt importants, alors qu’il s’agissait d’un programme avant tout destiné à un jeune public. Ses décors, ses histoires et ses personnages principaux 17090207201615263615251261connurent une attention particulière de la production.

Les jeunes héros étaient souvent confrontés à des choix difficiles et ils devaient prendre des décisions réfléchies, sachant qu’elles auraient des conséquences positives ou négatives sur la suite de leurs missions. Même si la morale était forcément présente à travers les scénarios, SPACE ACADEMY n’avait pas pour vocation d’éduquer la jeunesse américaine, pour preuve : la série montrait que même un vieux sage de 300 ans, le commandant Gampu, pouvait lui aussi parfois se tromper…

17090207222415263615251262De nombreux décors de SPACE ACADEMY, notamment l’astéroïde où se situe la base, furent par la suite réemployés dans une autre série télévisée de science-fiction inédite en France dont nous reparlerons : JASON OF STAR COMMAND (1978-1979). Le vaisseau des héros s’avère quant à lui constitué de l’avant du véhicule Ark II de la série éponyme. Enfin, des figurines des principaux personnages furent vendues et un coffret DVD regroupant l’ensemble des 15 épisodes est aujourd’hui disponible (en V.O. uniquement).

17090207251815263615251263Le CE13D vous propose de plonger au cœur de l’action de SPACE ACADEMY avec son épisode pilote de 21 minutes : « The Survivors of Zalon ». Immersion totale en pleine SF de cette fin des seventies où le kitsch flirtait parfois avec quelques jolies créations au design futuriste, et où les histoires étaient souvent d’une naïveté touchante !

- Morbius, d’Altaïr IV -

Image de prévisualisation YouTube

TVTHÈQUE – Ark II

TVTHÈQUE - Ark II dans TVthèque 17070106422715263615123229

ARK II est une sérié télévisée de science-fiction américaine des seventies inédite en France. Diffusée en 1976, elle rassemble quinze épisodes pour un programme destiné avant tout à un jeune public. L’action se situe au XXVe siècle et narre les aventures des membres de l’Ark II, impressionnant véhicule scientifique, sur une Terre dévastée par la pollution. Son but : partir à la rencontre des tribus humaines revenues à l’Âge des Ténèbres afin de leur redonner espoir en un avenir meilleur…

16052807315315263614262993 dans TVthèque

Créée par Martin Roth, la série ARK II fut programmée à la télévision américaine de septembre à décembre 1976. On y compte une seule saison s’étalant sur quinze épisodes d’une durée n’excédant pas les 24 minutes. À chaque début, une voix présente la mission de l’Ark II que l’on pourrait traduire ainsi :

16052807404815263614263021« Durant des millions d’années, la Terre était fertile et riche. Par la suite, la pollution et les déchets ont commencé à atteindre un seuil critique. La civilisation s’effondra. Tel est le monde du XXVe siècle. Seule une poignée de scientifiques demeure, les hommes qui ont juré de reconstruire ce qui a été détruit. Ceci est leur réalisation : Ark II, un entrepôt mobile rassemblant toutes les connaissances scientifiques et dont le jeune équipage s’avère hautement qualifié. Sa mission : apporter l’espoir d’un nouvel avenir pour l’humanité. »

Puis le journal de bord et son numéro d’entrée sont présentés par le commandant Jonah en même temps que les héros de la série apparaissent un à un à l’écran : « Journal Ark II, numéro d’entrée 1 : Moi, Jonah, …Ruth, …Samuel, …et Adam sommes pleinement conscients des dangers auxquels nous sommes confrontés en nous aventurant dans l’inconnu et les zones hostiles. Mais nous sommes déterminés à apporter la promesse d’une nouvelle civilisation à notre peuple et notre planète. »

16052807442415263614263022

L’équipage scientifique de l’Ark II se compose du commandant Jonah (Terry Lester), seul adulte à bord, et de deux adolescents : Ruth (Jean Marie Hon) et Samuel (José Flores). On y trouve également un surprenant chimpanzé très évolué capable de parler : Adam. Nos héros sillonnent inlassablement les contrées arides de ce monde dévasté par la pollution, à la rencontre des survivants regroupés en tribus ou clans. La civilisation n’est plus qu’un vague souvenir, et désormais règne la loi du plus fort. Nos scientifiques apportent l’espoir et un semblant de morale aux peuplades les plus sauvages grâce à leur formidable véhicule, l’Ark II.

16052807463915263614263024Il est parfois fait mention d’un « quartier général », endroit d’où proviendrait l’Ark II et son équipage. Nos jeunes scientifiques auraient ainsi été formés par des scientifiques survivants. Ceux-ci auraient mis en commun toutes leurs connaissances et ressources dans la formation de Jonah, Ruth, Samuel et Adam pour rechercher les restes de l’humanité et offrir ainsi la connaissance aux hommes.

L’Ark II, souvent confondu à juste titre avec le Landmaster du film LES SURVIVANTS DE LA FIN DU MONDE, donne son titre à la série en tant que 17081208461615263615213103« vedette » à part entière. Il s’agit d’un long véhicule blanc flanqué de six roues et d’un bouclier protecteur. Véritable laboratoire ambulant, il a été construit grandeur nature, en fibre de verre, sur un modèle Ford C-Series (C-700) par le groupe Brubaker. À noter que la série propose également un autre véhicule, plus petit et semblable à une Jeep, appelé l’Ark Roamer, ainsi qu’un jetpack (rocketbelt) appelé Jet Jumper.

Le message d’ARK II est bien sûr humaniste et écologique. Il s’adresse d’abord aux enfants et adolescents des seventies. Il 17081208490315263615213105possède encore en lui quelques traces du mouvement hippie et sonne comme un avertissement auprès du jeune public qu’il met face aux conséquences de nos actes sur le futur de la Terre. On y prône le respect  de la nature, l’espoir d’un avenir meilleur où la race humaine dépassera ses clivages (l’équipage de l’Ark II met en avant une mixité raciale). 

La série s’inspire volontairement de l’histoire de l’Arche de Noé (les personnages principaux portent des noms issus de la bible hébraïque) et se laisse regarder si l’on parvient à la replacer dans le contexte de son époque, si l’on se rappelle qu’elle s’adresse d’abord à un jeune public et si l’on supporte son aspect moralisateur.

16052807491315263614263025Les épisodes d’ARK II proposent parfois la présence de quelques vedettes comme Jonathan Harris (de la série PERDUS DANS L’ESPACE), Malachi Throne, Jim Backus, Helen Hunt et même Robby, le Robot ! La série est disponible en coffret DVD US et tous ses épisodes sont actuellement visibles sur YouTube… Nous en profitons donc pour vous présenter son épisode pilote malheureusement en V.O. (mais Anacho vous propose sa version sous-titrée !). Vous pourrez aussi découvrir ICI un reportage de trente minutes sur la série.

- Morbius, d’Altaïr IV -

Image de prévisualisation YouTube

TVTHÈQUE – The Starlost

TVTHÈQUE - The Starlost dans TVthèque 17070106422715263615123229

Au début des années 1970, THE STARLOST s’annonçait comme la plus ambitieuse série télévisée de science-fiction jamais tournée. Créée par l’écrivain Harlan Ellison, elle devait confier l’écriture de ses épisodes aux plus grands auteurs de SF et ses effets spéciaux à Douglas Trumbull, le plus grand spécialiste de l’époque. Le sort en décida autrement : THE STARLOST s’effondra au bout de seize épisodes seulement…

17071509564615263615149431 dans TVthèque

THE STARLOST, c’est l’histoire d’un vaisseau spatial terrien d’une taille monstrueuse, l’Arche (Ark, ressemblant étrangement au Valley Forge de SILENT RUNNING…), voguant hors de contrôle à travers 17071509583215263615149433l’espace en l’an 2790 et transportant à son bord les derniers survivants de l’espèce humaine. Ses membres d’équipage ont été tués cinq cents ans plus tôt, et désormais le mécanisme permettant de relier les différents dômes du vaisseau ne fonctionne plus. Les communautés vivant sur l’Arche ont ainsi oublié qu’elles se trouvent à bord d’un gigantesque vaisseau spatial, tout comme elles ne se souviennent plus que leur monde agonise à des millions d’années lumière de distance. Elles ont grandi en ayant seulement pour ciel la coque métallique de l’Arche. Mais sans aucun membre d’équipage à ses commandes, l’Arche poursuit inexorablement sa course folle à travers l’univers, une course qui pourrait prochainement entraîner sa collision avec une étoile…

17071510003315263615149435Harlan Ellison avait vu grand dans son projet de série télévisée, n’hésitant pas à utiliser Ben Bova en tant que consultant scientifique sur THE STARLOST. Mais, plus que tout, il avait contacté les plus prestigieux auteurs de la littérature de science-fiction d’époque. Ainsi A. E. Van Vogt, Frank Herbert, Phillip K. Dick, Ursula K. Le Guin, Thomas M. Dish, Joanna Russ et Alexei Panshin devaient écrire les épisodes de la série événement produite par Twentieth Century Fox Television ! Imaginez ce que cela aurait pu donner !

17071510025315263615149436

Nous sommes en 1973, au sortir de 2001 : L’ODYSSÉE DE L’ESPACE (1968), et Harlan Hellison souhaitait visiblement conférer à sa série un sérieux scientifique et une qualité scénaristique irréprochables. En outre, Keir Dullea, l’acteur ayant incarné David Bowman dans 2001, faisait parti du casting. Il jouera dans les seize épisodes de THE STARLOST le rôle de Devon, un orphelin moustachu rêveur et 17071510074415263615149440naïf qui a perdu ses parents fermiers dans un incendie. Enfin, Douglas Trumbull, également connu pour avoir conçu les effets spéciaux de 2001, aurait permis à THE STARLOST d’atteindre un degré de perfection encore jamais vu à la télévision en utilisant son Magicam System.

Mais que s’est-il donc passé pour que THE STARLOST ne parvienne pas à son objectif ? Prévue au départ pour bénéficier d’un gros budget, la série se retrouva très vite avec des moyens financiers largement insuffisants. Avec la science-fiction, il faut tout créer : intérieurs de vaisseaux, vues spatiales, surfaces de planètes… et cela revient forcément très cher. THE STARLOST perdit également Douglas Trumbull dès les premiers tours de manivelle. Résultat, des effets spéciaux plus que moyens vont desservir les épisodes…

17071510103915263615149442

Harlan Ellison se contentera dès lors de demeurer en tant que créateur de la série sous le pseudonyme de Cordwainer Bird (il écrira également quelques épisodes), conservant Douglas Trumbull seulement en tant que producteur exécutif. Ursula K. Le Guin participera à un seul épisode, « The Goddess Calabra », le reste des épisodes étant écrits par des scénaristes canadiens. Walter Koenig (Chekov dans STAR TREK) fera plusieurs apparitions, et John Meredith Lucas, auteur de 17071510122915263615149445scénarios pour STAR TREK, participera également à l’écriture.

L’histoire de la télévision a sans doute raté une belle occasion de faire de THE STARLOST l’une des plus grandes séries de science-fiction de tous les temps.

- Morbius, d’Altaïr IV -

TVTHÈQUE – Les séries d’Irwin Allen

TVTHÈQUE - Les séries d'Irwin Allen dans TVthèque 17070106422715263615123229

AU CŒUR DU TEMPS (Time Tunnel), VOYAGE AU FOND DES MERS (Voyage to the Bottom of the Sea), PERDUS DANS L’ESPACE (Lost in Space) et AU PAYS DES GÉANTS (Land of the Giants) comptent parmi les séries télévisées les plus populaires des années 1960. Toutes créées par Irwin Allen (LA TOUR INFERNALE), elles firent les beaux jours de la télévision de cette époque en proposant chaque semaine aux téléspectateurs américains des aventures extraordinaires où se mêlaient créatures étranges, savants fous et mondes inconnus dans des histoires de science-fiction destinées à toute la famille. Aujourd’hui totalement absentes des rediffusions sur le petit écran français, les séries TV d’Irwin Allen demeurent un must pour tout fan de SF nostalgique !

17070106473515263615123230 dans TVthèque

zebracrowdVOYAGE AU FOND DES MERS

VOYAGE AU FOND DES MERS narre les aventures d’un fleuron de la technologie subaquatique, le Neptune (Seaview en anglais), un gigantesque sous-marin atomique expérimental utilisé à la fois dans un but de recherche scientifique mais aussi contre les organisations criminelles (ce dont s’inspirera la série SEAQUEST des années 1990 avec Roy Scheider). À son bord, tout un équipage constitué de l’amiral Harriman Nelson (Richard Basehart), du capitaine Ted Crane (Lee dans la VO / David Hedison) et du lieutenant Jim Morton (Chip dans la VO / Robert Dowdell)…

17070106534215263615123231VOYAGE AU FOND DES MERS compte 110 épisodes (32 en noir et blanc) de 48 minutes répartis sur 4 saisons programmées de 1964 à 1968. La série fut diffusée en France à partir de 1969.

Il faut savoir que VOYAGE AU FOND DES MERS débuta d’abord au cinéma en 1961 dans un film intitulé LE SOUS-MARIN DE L’APOCALYPSE (Voyage to the 17070106534315263615123232Bottom of the Sea). La maquette très élaborée du sous-marin Neptune coûta 400 000 $ à la production qui l’employa alors trois ans plus tard dans la série tirée du film.

Trois modèles du Neptune furent conçus afin de permettre de filmer les différentes séquences aquatiques. Bill Abbott, chef des effets spéciaux à la Twentieth Century Fox, fut récompensé de deux Emmys pour les sous-marins et autres de ses créations sur la série.

Image de prévisualisation YouTube

17070106574315263615123233Si VOYAGE AU FOND DES MERS offrit à ses débuts quelques épisodes aux histoires sérieuses sur fond d’espionnage ou de conflits, la série bascula par la suite dans un certain délire en présentant toute une galerie de créatures fantastiques tels que des humanoïdes amphibiens, des extraterrestres, des dinosaures, mais aussi d’abominables hommes des neiges, des momies et des loups-garous !

solarsystemPERDUS DANS L’ESPACE

PERDUS DANS L’ESPACE raconte les aventures de la famille Robinson qui a été choisie, en 1997, pour se rendre dans le système Alpha du Centaure afin d’y fonder une colonie. Saboté par le Dr Smith (Jonathan Harris), le vaisseau qui les accueille est dévié de sa trajectoire et son équipage se retrouve définitivement perdu dans l’espace…

17070107043115263615123234PERDUS DANS L’ESPACE compte 83 épisodes (28 en noir et blanc) de 49 minutes répartis sur 3 saisons programmées de 1965 à 1968. La série fut diffusée en France en 1991 (!) sur la très regrettée La Cinq.

La série s’inspire en particulier d’une bande dessinée intitulée Space Family Robinson publiée par Gold Key Comics. Parmi les personnages, un robot conçu par Robert Kinoshita (le papa de Robby le Robot) et réalisé par Bob May accompagna la famille Robinson tout au long des épisodes et devint presque aussi célèbre que Robby, le robot du film PLANÈTE INTERDITE (1956).

17070107055815263615123235Guy Williams, célèbre pour son rôle de Zorro dans la série éponyme, incarnait le bon père de famille John Robinson aux côtés de June Lockhart dans le rôle de Maureen Robinson, la mère. Dans les enfants on trouvait Will Robinson (joué par Bill Mummy, célèbre bien des années plus tard pour son rôle de Lennier dans l’excellente série BABYLON 5) aux côtés de Judy Robinson (Marta Kristen) et Penny Robinson (Angela Cartwright, sœur de Veronica Cartwright qui jouera dans ALIEN, LE HUITIÈME PASSAGER en 1979).

PERDUS DANS L’ESPACE s’adressait à un public très jeune avec des histoires d’une incroyable naïveté dans des décors très kitch et colorés.

Image de prévisualisation YouTube

Enfin, il faut signaler que ce fut John Williams lui-même (appelé alors Johnny Williams) qui composa le délirant générique de la série !

maison horloge16AU CŒUR DU TEMPS

Deux scientifiques sont condamnés à errer à travers le temps après avoir traversé un tunnel de leur invention, véritable machine pour explorer le temps devenue incontrôlable après un incident…

17070107233615263615123236AU CŒUR DU TEMPS compte 30 épisodes de 50 minutes répartis sur une seule saison programmée de 1966 à 1967. La série fut diffusée en France en 1967. Elle s’inspire au départ d’un roman, Twist in Time, de l’écrivain de SF Murray Leinster.

Les deux acteurs principaux de la série furent James Darren dans le rôle de Tony Newman (James Darren sera également Vic Fontaine dans la série STAR TREK : DEEP SPACE NINE) et Robert Colbert dans le rôle de Douglas Phillips.

17070107280815263615123237Bill Abbott, spécialiste des effets spéciaux sur la série, fut à nouveau récompensé après VOYAGE AU FOND DES MERS pour sa création remarquable du fameux tunnel vedette de AU CŒUR DU TEMPS. À signaler que ce fut John Williams qui composa là encore le générique.

Image de prévisualisation YouTube

Aujourd’hui, et ce malgré toutes ses qualités, AU CŒUR DU TEMPS a incontestablement pris un sacré coup de vieux. L’extrême lenteur des épisodes liée aux incohérences flagrantes pénalisent quelque peu la série d’Irwin Allen. Comment nos héros peuvent-ils 17070107364115263615123238constamment comprendre toutes les langues de tous les personnages qu’ils rencontrent dans différents pays de différentes époques ? Comment peuvent-ils être constamment filmés dans leurs moindres faits et gestes pour apparaître sur les écrans de contrôle du centre qui les a perdus ?… Ces petites scories expliquent peut-être le fait que la série n’obtint jamais aux USA le même succès que les autres produites par Allen. Mais cela n’empêche pas pour autant AU CŒUR DU TEMPS de demeurer dans nos… cœurs.

pieds007AU PAYS DES GÉANTS

Lors d’un vol suborbital entre New York et Londres, trois membres d’équipage et quatre passagers sont projetés sur une planète semblable à la Terre, à la différence qu’elle est peuplée d’humains et d’animaux douze fois plus grands qu’eux. Tandis qu’ils tentent de réparer leur vaisseau endommagé afin de regagner la Terre, ils doivent faire face à la menace permanente que représentent les habitants de cette planète.

17070107570515263615123239

AU PAYS DES GÉANTS compte 51 épisodes de 48 minutes répartis sur 2 saisons programmées de 1968 à 1970. La série fut diffusée en France au début des années 1970 et en 1993.

17070108020915263615123240Quatrième série d’Irwin Allen, AU PAYS DES GÉANTS racontait les aventures du capitaine Steve Burton (Gary Conway), de Mark Wilson (Don Matheson), de Barry Lockridge (Stefan Arngrim), de Dan Erickson (Don Marshall), de Valerie Scott (Deanna Lund), de Betty Hamilton (Heather Young) et d’Alexander Fitzhugh (Kurt Kasnar).

Chaque épisode coûtait une fortune pour l’époque, aux environs de 250 000 $, ce qui en fit alors la série la plus chère de son temps. Les effets spéciaux s’avéraient ruineux en raison des disproportions des objets présents dans les histoires : tout devait être géant ! Quant à la musique, c’est encore John Williams qui signe le générique.

Image de prévisualisation YouTube

Une fois de plus, le rythme extrêmement lent (chaque histoire aurait très bien pu tenir sur 25 minutes) et les énormes incohérences narratives passent très difficilement aujourd’hui. Néanmoins AU PAYS DES GÉANTS possède indubitablement ce charme coloré et vintage auquel le Club des Entités s’avère très attaché. Et il faut reconnaître que son côté L’HOMME QUI RÉTRÉCIT demeure fascinant, avec d’incroyables effets spéciaux pour l’époque.

- Morbius, d’Altaïr IV -

Image de prévisualisation YouTube

17070108382815263615123248


12

AVERTISSEMENT !

SCIENCE-FICTION RÉTRO OU KITSCH, SAVANTS FOUS, CRÉATURES ÉTRANGES, OBJETS INCONNUS, ROBOTS COLORÉS, INSECTES GÉANTS, ASTRONEFS INCONTRÔLABLES, ALIENS MENAÇANTS, HÉROS SANS SCRUPULES, AFFICHES LOUFOQUES, ARTISTES DÉMENTS, DANGEREUSES VISIONS : RIEN NE VOUS SERA ÉPARGNÉ. BIENVENUE DANS LE CLUB DES ENTITÉS DE LA 13e DIMENSION, LE CE13D…


Tresanstopfullno |
Le blog de la classe CE1-CE2 |
Votre Alter-Ego |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Petites Zouzouilles...
| Ogtrosenethlink
| Lamagitdelunivers